La diversification alimentaire chez l’enfant et le végétal ça donne quoi ?

13 mai 2020

À chaque âge, des besoins différents

À une phase de leur vie où ils sont en pleine croissance, les enfants ont des besoins spécifiques.

Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), le nourrisson a seulement besoin de lait maternel (allaitement) ou de lait infantile (préparation pour nourrisson)

À partir de 6 mois, le lait est toujours majoritairement présent, mais les aliments riches en fer font leur apparition. Quant aux matières grasses, elles représentent près de la moitié des apports énergétiques

Et concernant l’alimentation végétale ?

Selon l’Académie de nutrition et de diététique américaine (la plus grande association de nutritionnistes au monde), « l’alimentation végétarienne bien pensée, y compris végétalienne, est saine, adéquate sur le plan nutritionnel […]. Cette alimentation est appropriée à tous les âges, en particulier la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, et pour les sportifs ».

Mais comme le recommande le Groupe Francophone d’Hépatologie-Gastroentérologie et Nutrition Pédiatriques, si vous avez fait le choix d’un mode alimentaire végétarien ou végétalien pour votre enfant, alors la supplémentation en B12 est une nécessité. 

À 3 ans, l’ANSES explique que les enfants ont les mêmes besoins que les adultes, les quantités étant plus adaptées. Tandis que les ceux à partir de 4 ans et adolescents, hormis des plats équilibrés, il est recommandé de faire attention au calcium, au fer et aux vitamines B12.

La diversification alimentaire : mode d’emploi

Le début de la diversification alimentaire commence entre 4 et 6 mois. Mais cela dépend principalement du tout petit qui manifeste plus ou moins tôt son envie de manger des aliments solides. 

Il est important d’introduire une grande variété d’aliments, un par un, et ne pas hésiter à les lui présenter à plusieurs reprises malgré les refus. Jusqu’à 2 ans, le bébé n’est pas encore sélectif et ne développe pas d’allergies. 

Entre 8 et 10 mois, viennent ensuite les “aliments non lisses” (pains, céréales, fruits et légumes) permettant au petit de découvrir d’autres textures et duretés.

À partir de 3 ans, cette fois, l’ANSES recommande de veiller à :

  • apporter des matières grasses de qualité et des aliments riches en protéines ;
  • consommer régulièrement des produits riches en fibres tels que les fruits et légumes, céréales semi-complètes ou complètes et légumineuses ;
  • continuer bien sûr, la supplémentation en B12 et vitamine D. 

Comment intégrer le végétal ?

Le végétal a tout à fait sa place lors de la diversification alimentaire de l’enfant.

D’ailleurs, les autorités recommandent de manger moins de viande. Et depuis novembre 2019, les écoles ont l’obligation de proposer un repas végétarien par semaine dans les cantines scolaires.

L’alimentation végétale doit être bien pensée pour inclure une grande variété d’aliments de toutes les familles végétales.

Mais il n’est pas toujours facile de remplacer la viande, d’autant que certains plats sont très appréciés par les enfants.

De notre côté, chez les Nouveaux fermiers, nos produits à base de plantes ont le même goût que la viande mais sans les mauvais côtés : mauvaises graisses, surplus de sel, additifs chimiques, etc.

Notre steak végétal remplace à merveille celui à base de viande et permet aux enfants de continuer à déguster leur burger et steak frites.

Quant à nos nuggets, ils sont également parfaitement adaptés pour les petits. Leur forme très ludique facilite la prise en main et les incite à consommer plus de légumes.

De manière générale, pour faciliter l’entrée de ces nouveaux aliments dans l’assiette de l’enfant et éviter l’appréhension des repas, il est possible de :

  • faire la cuisine ;
  • jardiner et tenir un petit potager ;
  • manger avec les doigts ;
  • varier la forme et les couleurs des aliments ;
  • pique-niquer par terre ;
  • imaginer des histoires rigolotes autour des aliments, etc.

Et le goût dans tout ça ?

Bien sûr la diversification est aussi synonyme de découverte de nouveaux goûts.

Cet émerveillement des papilles vient à la fois par la variété des produits proposés, de leurs différents aspects mais aussi par la manière dont ils sont associés.

Ils peuvent tout aussi bien apporter de nouveaux goûts que remémorer des sapidités familières. 

Il est par exemple possible de découvrir de nouvelles saveurs grâce aux laits végétaux, en version liquide mais aussi sous la forme de yaourt ou d’un brassé. On pourra les agrémenter de fruits ou de céréales.

Et nos produits végétaux peuvent tout aussi bien remplir cette mission. De par leurs textures et leurs saveurs, ils ont de quoi surprendre et accompagnent à merveille les différentes recettes maison.

Et il est également possible de les cuisiner, avec les tout petits, en transformant leur texture. Avec nos steaks végétaux, par exemple, il est possible de réaliser des boulettes végétales, un gratin, un hachis parmentier ou encore des champignons farcis.

La diversification alimentaire peut devenir un véritable jeu d’enfant !